Gaston Bachelard – L’être est un lieu de résonance

1° La durée n’a pas de force directe ; le temps réel n’existe vraiment que par l’instant isolé, il est tout entier dans l’actuel, dans l’acte, dans le présent.

2° Cependant l’être est un lieu de résonance pour les rythmes des instants et, comme tel, on pourrait dire qu’il a un passé comme on dit qu’un écho a une voix. Mais ce passé n’est qu’une habitude présente et cet état présent du passé est encore une métaphore. En effet, pour nous, l’habitude n’est pas inscrite dans une matière, dans un espace. Il ne peut s’agir que d’une habitude toute sonore qui reste, croyons-nous, essentiellement relative. L’habitude qui, pour nous, est pensée est trop aérienne pour s’enregistrer, trop immatérielle pour dormir dans la matière. Elle est un jeu qui continue, une phrase musicale qui doit reprendre parce qu’elle fait partie d’une symphonie où elle joue un rôle. Du moins, c’est de cette manière que nous tenterons de solidariser, par l’habitude, le passé et l’avenir.

Naturellement, du côté de l’avenir, le rythme est moins solide. Entre les deux néants : hier et demain, il n’y a pas de symétrie. L’avenir n’est qu’un prélude, qu’une phrase musicale qui s’avance et qui s’essaie. Une seule phrase. Le Monde ne se prolonge que par une très courte préparation. Dans la symphonie qui se crée, l’avenir n’est assuré que par quelques mesures.

Extrait de L’intuition de l’instant (Stock, 1932)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s