Les pièces habitables

Avis aux visiteurs de L’oreille hantée : elle est inactive depuis bientôt cinq ans, mais à ceux qui viennent encore s’y aventurer et qui en apprécient le ton ou l’approche, je veux signaler l’existence d’un nouveau blog, bien vivant celui-là, intitulé Les pièces habitables. À travers l’œuvre extraordinairement riche du compositeur Pascal Dusapin, qui fut mon maître, j’y explore la composition musicale sous les divers aspects de son articulation avec — disons-le simplement — les choses de la vie. Au plaisir, donc, de vous y retrouver.

Publicités

Tacet

L’oreille hantée entre en sommeil, et je ne sais si cette belle se réveillera jamais (mais jamais est un terme plutôt glissant, n’est-ce pas ?). Un projet de livre accapare toute ma faculté d’écrire des mots, déjà laborieuse, et m’empêche de nourrir convenablement cet espace. Ainsi dois-je le laisser en suspens. Alors disons, un point d’orgue à durée indéterminée, pas tout à fait une double barre (quoique je sois coutumier du point d’orgue posé sur la double barre…).

En tous les cas, ces quelques mois écoulés ainsi auront été une aventure feutrée, ensorcelante, dont déjà me manquent le relief et le climat bien particuliers. Me manqueront également à coup sûr ces petites crêtes sur une ligne qui me disaient vos visites. J’en profite pour remercier tous les fidèles, avec une mention très spéciale à Didier Da Silva qui aura tweeté un à un, sans l’ombre d’un soupir de lassitude, l’intégralité des articles publiés ici.

Naturellement, j’ai pour l’essentiel sondé ma propre hantise en ces lieux, mais j’espère quand même avoir ouvert par inadvertance quelques sentiers inattendus, de-ci de-là pour les esprits qui aiment s’égarer.

À ceux-là et à l’éventuel passant, la belle, ici en retrait sous ses paupières closes, adresse son clin d’œil le meilleur.